vendredi 16 novembre 2012

YAOUNDE 2012 : LE PANEL SUR LA BD A L’INSTITUT FRANÇAIS



 Ce samedi 15/09/2012 à l’Institut Français a eu lieu le panel sur la BD. Il a vu la participation de  Gregory Burgess, éditeur servant d’interprète à Nate Butler président de Comix35, Groud Gilbert auteur de la BD « Magie noire », Benjamin Kouadio auteur de John Koutoukou : « Responsable irresponsable ». Yannick Deubou Sikoué du collectif A3  jouait quant à lui  le rôle de modérateur. On notait aussi la présence de Didier Millotte auteur de BD et illustrateur. Elle fut de courte durée car notre artiste a eu un malaise qui l’a conduit à un repos forcé à la Maison Silo. A son corps défendant. Mais il y a eu plus de peur que de mal.
Concernant le déroulement, le premier à prendre la parole était Nate Butler. Son intervention a porté sur l’importance des comics dans le monde. Avec les exemples édifiants du Japon, des USA, de la Grande-Bretagne. Yannick en tant que modérateur a dressé le tableau des comics en Afrique. Avec des chiffres à l’appui. Intervention très appréciée du reste par le président de comix35 qui n’était pas au fait de ces informations.
Benjamin Kouadio a  instruit l’assistance sur les différentes étapes de la réalisation d’une BD. Depuis le synopsis jusqu’à la mise en couleurs.  Sous une forme très pédagogique. Avec en prime des anecdotes sur la naissance de son premier album intitulé John Koutoukou : « Responsable irresponsable » paru aux éditions Céda en 1999.
Groud Gilbert a quant à lui parlé de son album « Magie noire » paru aux éditions Albin Michel en 2003. Il n’a pas manqué de s'attarder sur le titre de son album qui a été pour beaucoup dans la mévente dudit album. Même si graphiquement c’est une œuvre majeure.
Une performance de Nate et de Benjamin avec les personnages de Batman et John Koutoukou a clos cette partie des exposés. Une série de questions à l’endroit des auteurs invités s’en est suivi. Elles avaient trait à la vulgarisation du neuvième art africain qui compte beaucoup d’auteurs pétris de talents multiples et multiformes.
Une séance de dédicaces d’œuvres d’auteurs présents a clôturé cet évènement. Nous sommes repartis de ce lieu en caressant le secret espoir d’une émergence au niveau mondial de cet art qui peine à se faire connaître. Malgré le talent existant des auteurs. Peut-être faut-il chercher ailleurs la source du problème.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une erreur est survenue dans ce gadget